« Cle’a » pour mieux apprendre
ven, 18/04/14 – 7:00 | Pas de commentaire

Centre de soutien scolaire.
Centre de pédagogie humaniste respectueux de la singularité et du parcours de chacun de ses apprenants, « Cle’a » a ouvert ses portes (8 boulevard Carnot).
« La méthode « Cle’a » fait …

Lire la suite »
Accueil » Albi, Vie des quartiers

Albi : Le Lude, un quartier de soins et d’études

Ecrit par le 16 juin 2012 – 5 h 00 minPas de commentaire
Albi : Le Lude,  un quartier de soins et d’études

Albi est une ville qui se transforme et le quartier du Lude n’échappe pas à cette vague de rénovation. Dominé par les emprises foncières importantes de la Fondation du Bon Sauveur et du lycée Bellevue, le quartier du Lude se cherche une identité. Celle-ci ne serait-elle pas à rechercher du côté de l’établissement de soins et de l’établissement éducatif pré-cités ? On peut cependant signaler aussi une forte empreinte résidentielle et verte.

Longtemps, ce quartier est resté un territoire champêtre. En 1834, ce bâtiment a été vendu par le département aux religieuses du Bon Sauveur. Le Lycée de Bellevue au départ destiné aux jeunes filles est bâti dans les années 1960 et la halle à bestiaux est démolie en 1976. A partir de 1982, la rocade opère une séparation marquée entre la partie plus urbaine du quartier et les coteaux du Verbial, dont les vignes épiscopales servaient autrefois à fabriquer le vin de messe. Pour ce qui est de ses contours, « le quartier du Lude-Bellevue est délimité par la commune de Puygouzon au sud, l’avenue Colonel Teyssier à l’est et au nord-est, l’avenue Gambetta à l’ouest et au nord-ouest, enfin au nord par les boulevards Paul Bodin et Montebello », précise le compte-rendu du conseil de quartier du 4 octobre 2011, qui fait le point sur les aménagements urbains en cours ou à venir. Outre le lycée Bellevue et sa cheminée visible de loin, on dénote plusieurs établissements scolaires : le collège Aristide Bruant datant de 1888, l’école Nougaro rue Antoinette Salvan de Saliès, le groupe scolaire Tessier. Mais le quartier reste surtout marqué par cette omniprésence du Bon Sauveur.

Le boulevard du Lude sous l’ombre tutélaire du Bon Sauveur à défaut de celle des platanes
« Né en 1832 sous l’égide du père François Jamet, cet établissement au départ religieux s’est laïcisé en 1982 avec la création de la Fondation du Bon Sauveur », déclare Marie-Line Carles, responsable de communication du Bon Sauveur. La Fondation a reçu de la Congrégation tous les bâtiments affectés aux soins. C’est un établissement privé d’utilité publique avec un fonctionnement qui dépend du Ministère de la santé. Son offre de soins va des cas de psychiatrie les plus sévères jusqu’à la déprime légère. Il chapeaute les centres médicaux psychologiques des trois secteurs du Tarn nord.

Le Bon Sauveur, une ville dans la ville et une pluralité de métiers
Premier employeur d’Albi avec 1380 salariés, le 2ème du Tarn après Pierre Fabre, avec un budget de 70 millions d’euros, le Bon Sauveur fait coexister une variété importante de métiers depuis les psychiatres, psychologues, médecins généralistes, infirmiers et au niveau logistique, maçons, garagistes, employés de restauration, etc. La cuisine centrale qui emploie 35 personnes sert 3000 repas par jour à ses employés et résidents mais aussi à des clients extérieurs tels qu’UMT, Hôpital général, écoles. Propreté oblige, une blanchisserie lave 2 tonnes de linge par jour ; mais un projet de mutualisation avec l’hôpital est actuellement à l’étude. Les pensionnaires du Bon Sauveur peuvent aussi s’adonner à la pratique sportive (badminton, musculation, home-trainer…) dans le gymnase et la piscine de l’établissement, le tout en étant encadré par un éducateur spécialisé.

Caractère propre de l’établissement et ouverture sur la cité
Tout en étant laïc, le Bon Sauveur garde une forte empreinte religieuse qui se révèle à travers ses grandes orientations : placer l’homme au centre du projet, rester fidèle à ses cœurs de métier, santé mentale et handicaps de la communication, développer l’ouverture vers l’extérieur. Ce dernier point est important car il veut casser l’image négative liée à la psychiatrie, qui faisait un peu peur. « Notre message est donc bien celui-ci : s’ouvrir le plus possible sur la cité, dont le quartier du Lude. C’est dans ce but que nous avons noué des partenariats multiples, avec la mairie, le musée Toulouse-Lautrec, le Conservatoire de danse et de musique, l’ADDA, la Scène Nationale », souligne ML Carles.

Des lieux de partage culturel pour le public albigeois et tarnais
Lieux religieux et culturels, la Chapelle et l’Auditorium du Bon Sauveur s’ouvrent ainsi de plus en plus aux publics albigeois et tarnais. C’est ainsi que l’Auditorium accueille des conférences, des séances de cinéma.
Les Fêtes de la musique et les Journées du Patrimoine sont déclinées aussi au Bon Sauveur. Ainsi en 2011, il y a eu une exposition de peintures de salariés. Sous le château du Lude, se trouve la salle du musée d’Art brut où sont depuis 2008, exposées des œuvres de patients qui ont été recueillies par le docteur Benjamin Pailhas entre 1900 et 1936. Parmi les projets futurs, au programme de la prochaine fête de la musique, une compagnie « L’Oiseau-lyre », ces troubadours duXXIe siècle, sillonnera les cours arborées du Bon Sauveur. Ensuite, en partenariat avec la Mairie, il y a un projet de spectacle sur la vie de Camille Claudel. Est également prévu un atelier Manga à partir de la rentrée prochaine avec une artiste plasticienne. Un véritable bouillon de culture est donc servi au Bon Sauveur. Le sport n’est pas oublié puisque des sorties chapeautées par le SCA sont organisées sur le thème du rugby avec petites démonstrations et des mini-tournées.

Animations prévues au Lude-Bellevue-Saint-Salvadou
L’ombre absente des platanes abattus a fait monter la température sur le parking du Lude et l’association « Les Racines du Lude » ne décolère pas. Elle exige une replantation d’arbres sur le boulevard du Lude, que le maire souhaite configurer pour en faire une des entrées principales de la ville. Les plaies sont encore vives mais les habitants (voir Paroles d’Albigeois) ou les commerçants comme Julie Nafia et sa boulangerie artisanale du 1 boulevard du Lude, veulent encore croire à l’avenir de ce quartier. Des animations existent comme celles annoncées ci-après, sans compter les événements du Stadium (Décanation au 15 août 2012 avec 8 pays ) ainsi que ceux du Cosec, ces deux équipements qui jouxtent le quartier et voient converger un public friand de prouesses sportives.

Pierre-Jean Arnaud

Maison des sports – Stadium municipal : 23 juin : Repas de quartier à 20 h.
Comité de défense des résidences Bellevue – La Rachoune tel. 05 63 38 02 29
Chemin de Burgayrols : 30 juin : Repas de quartier à partir de 17 h.
Association du quartier Bellevue Saint-Salvadou
Tél. 05 63 43 10 66 ■

Comments are closed.