« Cle’a » pour mieux apprendre
ven, 18/04/14 – 7:00 | Pas de commentaire

Centre de soutien scolaire.
Centre de pédagogie humaniste respectueux de la singularité et du parcours de chacun de ses apprenants, « Cle’a » a ouvert ses portes (8 boulevard Carnot).
« La méthode « Cle’a » fait …

Lire la suite »
Accueil » sortir

Albi : exposition Regardez les prix ! à la galerie Mémoires jusqu’au 21 mai 2011

Ecrit par le 12 mai 2011 – 22 h 35 minUn commentaire
Albi : exposition Regardez les prix ! à la galerie Mémoires jusqu’au 21 mai 2011

Exposition Regardez les prix ! à la galerie Mémoires jusqu’au 21 mai 2011. Une exposition de Jean-Paul Albinet et une réflexion sur l’état de l’art aujourd’hui.

L’artiste Jean-Paul Albinet récidive ! Souvenez-vous de son exposition Dadafluxuscode en 2008 à l’hôtel Rochegude présentant 20 ans de travaux sur les codes barres. A la fois symbole graphique et économique, le code-barre est chez cet artiste, le moyen de décliner toute une série d’oeuvres.

En 1990, il a été le premier artiste à se faire attribuer par Gencod-EAN France, sa signature sous forme de code à barres à lecture optique, accompagnée du numéro 337731, qui identifie toute sa production artistique. Dans ses oeuvres et à travers ses expositions, Jean-Paul Albinet se penche sur les enjeux de la société de consommation et des médias. A partir du 22 avril, l’artiste vous invite à la galerie Mémoires afin de découvrir une sélection de peintures qui donnent à voir les principaux aspects de son parcours artistique.

Elle est associée à une nouvelle thématique prenant position sur le débat actuel : l’envolée des prix de l’art. Il faut savoir que le boursicotage ne concerne pas uniquement le monde économique, des personnes s’adonnent à un spéculation féroce sur le marché de l’art, entraînant une montée fulgurante des prix ! Ainsi, l’exposition Regarder des prix au titre intentionnellement provocateur, est pour Jean-Paul Albinet un rendez-vous important qui lui permet de présenter en avantpremière à Albi, sa région natale, trois peintures directement inspirées par ce nouveau contexte. Elles font référence aux sommes exorbitantes et aux records mondiaux atteints dans les salles de ventes à Londres ou à New-York par les oeuvres de trois artistes contemporain : 15,8 millions d’euros pour « Hanging heart », une sulpture de Jeff Koons, 12,9 millions d’euros pour Lullaby spring, armoire à pharmacie de Damien Hirst et 8,53 millions d’euros pour White canoe, une peinture sur toile de Peter Doig.

Des oeuvres, mais surtout des prix qui sont devenus les figures emblématiques de l’emballement déraisonné du marché de l’art et de ses stratégies financières. Aujourd’hui, la question du prix d’une oeuvre d’art est devenue, ces dernières années, en dépit des aléas de la crise, le sujet principal de la controverse. Il en résulte une donnée étonnante et contradictoire dans l’histoire de l’art : ce n’est plus le contenu de l’oeuvre mais son prix qui fait scandale ! Au-delà d’ailleurs de tous les critères d’évaluation communément admis pour juger d’une oeuvre d’art. Une réalité déjà pressentie par Andy Warhol en 1962 lorsqu’il a peint le symbole du dollar (Two dollar Bill) et déclaré de manière plus générale : « J’aime que l’argent soit sur les murs »… Money is money ! Regarder des prix, une réalité en face.

Informations pratiques :

  • Du 22 avril au 21 mai 2011
  • A la galerie Mémoires : 19, rue Toulouse Lautrec
  • Plus d’infos : galerie mémoires, 05 63 38 77 93

Source et image : www.mairie-albi.fr

un commentaire »